Adoption de la Loi Montagne : une bonne nouvelle pour l’Ardèche

img_1552

Ce mercredi 21 décembre la Loi Montagne a définitivement été adoptée par le Parlement. Il s’agit là d’un grand pas en avant pour nos territoires de montagne que j’ai eu la chance de pouvoir débattre et défendre à l’Assemblée Nationale. Cette loi, qui vient reprendre et moderniser la loi antérieure de 1985, permet de ne plus seulement compenser les handicaps de ces territoires mais surtout de valoriser leurs atouts !

Fruit de nombreux échanges notamment avec l’Association nationale des élus de la montagne (ANEM) à l’Assemblée Nationale, ainsi qu’au Sénat, je me satisfais de voir que l’ensemble des parlementaires ardéchois ont voté ce texte porté par le Gouvernement.

Vers une meilleure prise en compte des besoins de la montagne

Au coeur de la loi montagne se trouve la prise en compte des besoins et des particularismes de ces territoires. Le principe selon lequel ces derniers sont intégrés dans les politiques publiques menées par l’État et les collectivités territoriales a été réaffirmé.

Parce que ces territoires sont souvent vastes, le principe d’une égalité démographique a été instauré afin de veiller la représentation équitable des territoires de montagne. Ce principe a été étendu l’usage de la ressource en eau, la prise en compte des temps de trajet dans l’organisation scolaire en montagne.

Les coûts supplémentaires liées aux spécificités de territoire de montagne seront désormais pris en compte dans la Dotation Globale de Fonctionnement. Cela permettra à l’ensemble des collectivités territoriales de bénéficier d’un soutien essentiel dans le développement de projets.

La loi montagne passure également un meilleur suivi en matière de santé sur ces territoires. L’objectif est d’inciter les médecins à s’installer dans ces derniers de manière à lutter contre la désertification médical. Par exemple, les médecins n’ayant pas soutenu leur thèse dans les temps pourront par exemple y remédier s’ils exercent dans une zone sous-dotée

Pour une valorisation de l’espace montagnard

L’expérimentation est également encouragée dans les espaces de montagne tant dans le domaine de la santé que l’économie, le social et le tourisme. Cela témoigne de la réelle volonté de prendre en compte les besoins et les spécificités de ces territoires en leur laissant une plus grande marge de manœuvre pour faire face aux enjeux futurs.

A l’heure actuelle le numérique est un élément clé du dynamisme des territoires. C’est pour y faire face que la loi montagne encourage le développement de solutions technologiques dans ces territoires afin de résorber les zones blanches et grises. Il s’agit d’un élément clé pour faciliter le télétravail et l’émergence de solutions collaboratives mais aussi pour dynamiser le tissu économique de ces espaces. Conscient de l’importance de cette question pour l’Ardèche je suis régulièrement intervenu dans les débats pour porter le besoin d’un accès internet, notamment via la fibre pour nos territoires.

L’emploi saisonnier représentant une grande part de l’emploi dans les espaces de montagne celui-ci se voit encouragé et facilité par la mise en place d’une large série de mesures. C’est notamment la protection et l’accès au logement de ces derniers qui sont renforcés par cette nouvelle loi Montagne.

img_1561 Au final, ce sont les 10 millions de montagnards qui verront leurs conditions de vie améliorées par cette loi qui a fait l’objet d’une grande volonté politique de la part du Gouvernement.

En tant qu’élu ardéchois, je suis particulièrement attaché à ces espaces de montagne. Il s’agit d’un pan essentiel de l’identité de notre territoire dont nous pouvons être fiers. La beauté des paysages, le dynamisme économique et les spécificités culturelles que l’on y trouve sont une richesse pour l’ensemble des habitants de notre beau département. C’est pourquoi je suis heureux de savoir que cette loi permettra d’aider ces espaces à maintenir et accélérer leur développement tout en valorisant leurs richesses.