Attentat du 14 juillet à Nice : un cauchemar national

attentat nice Je suis bouleversé! Je suis très en colère, je suis tellement énervé que les mots ne me viennent pas pour condamner cet acte barbare. Pourquoi cet individu vient lâchement abattre notre fête nationale? Pourquoi s’attaquer, par un acte où l’ignoble s’ajoute à l’infâme, à des innocents : des hommes, des femmes, des personnes âgées, des enfants, qui venaient profiter de ce que la république offre de meilleur, la liberté de célébrer les valeurs des droits de l’homme.

C'est une tragédie, un cauchemar national. Mais la France sait faire face à l’ennemi, elle a une longue histoire de la lutte pour ses valeurs, celles de la liberté et l’égalité sont dans l’ ADN de son combat. Alors oui, la France sera toujours plus forte face au terrorisme car nous ne céderons pas, nous continuerons à frapper ceux qui soutiennent la barbarie.

A ce titre, la lutte contre le fléau du terrorisme est engagé l'opération Sentinelle, celle qui permet de mobiliser 10 000 militaires en plus des gendarmes et policiers est maintenue, l’appel à la réserve opérationnelle, c'est-à-dire à tous ceux qui à un moment ont été sous les drapeaux ou dans les effectifs de la gendarmerie pour venir soulager les effectifs de policiers et de gendarmes pourrons être déployer sur tous les lieux où nous avons besoin d'eux et en particulier pour le contrôle des frontières. L'Etat d'urgence qui devait prendre fin le 26 juillet sera étendu pendent trois mois supplémentaires. Aussi, je tiens à rappeler que depuis 2012, et plus encore depuis 2015, la lutte contre le terrorisme a été considérablement renforcée.

En effet, les effectifs sont en augmentation de près de 10 000 postes dans les forces de l’ordre, de 6 000 postes dans la justice, et les effectifs militaires ont été stabilisés. L’opération Sentinelle a été portée à son maximum de 10 000 hommes. Un Schéma national d’Intervention des forces de sécurité a été dessiné pour renforcer et coordonner l'action des unités d’intervention en cas d’attaque terroriste, prévoyant notamment la création de 7 nouvelles antennes, 4 du GIGN (Nantes, Reims, Tours et Mayotte) et 3 du RAID (Toulouse, Montpellier et Nancy). Les policiers et gendarmes sont désormais autorisés à conserver leur arme hors service. Les policiers municipaux peuvent désormais être équipés en armes prélevées sur les stocks de la police nationale. L’ensemble des moyens supplémentaires mis en œuvre ont primé sur le reste : la priorité a été donnée au « pacte de sécurité ».

Les services du renseignement intérieur ont été renforcés, notamment pour mieux prendre en compte les signaux faibles dont une réforme de 2008 avait affaibli la détection, et mieux répondre à tous les nouveaux types de menace. Une loi sur le renseignement a été adoptée alors que la dernière avait été conçue en 1991, avant l’internet.

Deux lois anti-terroristes ont été adoptées pour doter la justice et les services de police de moyens d’investigation adaptés, mieux prendre en compte les nouveaux modes opératoires des terroristes, … Une loi supplémentaire sur la procédure pénale et la lutte contre le crime organisé et le terrorisme vient d’être adoptée, le 11 mai dernier, après un accord en commission mixte paritaire, par la volonté conjointe de l’Assemblée nationale et du Sénat : elle donne aux juges et aux procureurs de nouveaux moyens pour lutter contre le terrorisme, dont certains étaient jusqu’alors réservés aux services de renseignement, autorise les perquisitions de nuit en matière de terrorisme, ...

L’état d’urgence est institué depuis novembre : il a permis de mener plus de 3500 perquisitions administratives, de découvrir plus de 750 armes, de procéder à plus de 420 interpellations et de prononcer plus de 400 assignations à résidence ont été prononcées. Il a permis de déstabiliser et démanteler plusieurs filières. Une perquisition administrative a permis de déjouer directement un attentat.

Le contrôle aux frontières a été institué en novembre dernier : en 6 mois, 33 millions de personnes ont été contrôlées, et 17500 individus n’ont pas été admis sur le sol français. La mobilisation française au niveau européen a permis d’adopter le PNR, d’engager le renforcement de la lutte contre les trafics d’armes, de systématiser les contrôles d’identité aux frontières extérieures de l’Europe.Parallèlement à cela des opérations extérieures déterminantes  frappent Daech en Syrie.

 Aucun Guantanamo, aucun renoncement à nos valeurs ne permettra jamais d’éviter le pire.

 Depuis 2013, au moins 15 projets d’attentats ont été déjoués.